La Suisse doit soutenir l’interdiction des armes nucléaires d’après la Croix Rouge

Le 5 juin, le Conseil national devra voter sur l’adhésion de la Suisse au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Dans un communiqué publié mercredi 30 mai 2018 dans Le Temps, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge suisse (CRS) appellent les citoyens et responsables politiques de notre pays à se laisser guider par notre tradition humanitaire.

ICAN Suisse exhorte tous les membres du Conseil national à approuver la motion 17.4241 le 5 juin 2018. Ce n’est pas une question de politique de parti, mais de sécurité et de protection civile. Il s’agit de réaffirmer nos valeurs traditionnelles et de sauvegarder et de renforcer l’ordre international fondé sur un ensemble de règles qui contribuent à assurer la sécurité de tous.

Notre tradition humanitaire à l’épreuve

Le CICR et la CRS rappellent que « les armes nucléaires sont les armes les plus destructrices jamais inventées ». C’est en raison de l’extrême gravité des explosions nucléaires et du risque croissant d’une telle explosion que « la décision qui incombe maintenant à la Suisse revêt une telle importance ». A l’heure actuelle, certains responsables politiques de premier plan n’hésitent plus à brandir la menace d’un recours à l’arme nucléaire.

Le CICR et la CRS rappellent également « qu’aucun plan international ni aucun acteur ne seraient à même de répondre de manière adéquate aux besoins des victimes en cas d’emploi d’armes nucléaires, et que leurs effets sur la santé peuvent perdurer pendant des décennies ».

Face à ces réalités, le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, représente « une lueur d’espoir et un élément essentiel à l’instauration d’un monde exempt d’armes nucléaires ». Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires vient compléter les objectifs des accords existants sur le désarmement nucléaire et l’adhésion au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires par la majorité des Etats, y compris la Suisse, « peut marquer un tournant décisif vers un monde dénucléarisé »

Le CICR et la CRS soulignent que « la Suisse peut et doit jouer un rôle actif dans la réalisation de cet objectif ».Elle s’apprête à prendre « une décision capitale qui mettra à l’épreuve sa longue tradition humanitaire ». Signer et ratifier le Traité envoie « un message clair: ces armes sont inacceptables».

Contexte

Le Conseiller national Sommaruga a déposé la motion et vingt membres du Conseil national représentant tous les partis politiques l’ont co-signée. La motion enjoint le Conseil fédéral « à signer au plus vite le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires et le soumettre sans tarder à la ratification du Parlement ».

Le Traité de l’ONU sur l’interdiction des armes nucléaires interdit les armes nucléaires de manière analogue aux autres armes de destruction massive (chimiques et biologiques). 122 États l’ont adopté le 7 juillet 2017. Depuis, presque 70 d’entre eux l’ont signé ou même déjà ratifié, dont l’Autriche, l’Irlande, le Liechtenstein, le Brésil et l’Afrique du Sud.

La Suisse a adopté le Traité mais ne l’a pas encore signé.

Le Conseil fédéral affirme que

la démarche […] concorde avec les valeurs et les intérêts centraux de la Suisse, notamment avec ses intérêts en matière de sécurité, sa tradition humanitaire et son engagement en faveur du respect, du renforcement et de la promotion du droit international humanitaire.

Néanmoins, il propose de refuser la motion pour retarder le processus de signature.

Le Conseil national devrait voter la motion le 5 juin 2018.

→ Lire l’article complêt dans Le Temps

→ Lire la version allemande

→ Plus d’informations sur la motion 17.4241

Comments are closed.