Un nouveau chapitre du désarmement nucléaire s’ouvre aujourd’hui : l’interdiction des armes nucléaires par les Nations unies entre en vigueur dès janvier

Pour entrer en vigueur, le traité des Nations unies sur l’interdiction des armes nucléaires devait être ratifié par au moins 50 États. C’est chose faite depuis le 24 octobre. Le traité entra donc en vigueur dans 90 jours. Cette mesure renforce l’interdiction des armes nucléaires en vertu du droit international, 75 ans après leur première utilisation à Hiroshima et Nagasaki. ICAN a reçu le prix Nobel de la paix en 2017 pour sa participation au traité.

L’entrée en vigueur du traité des Nations unies sur l’interdiction des armes nucléaires est une étape historique : les armes nucléaires sont désormais, comme les autres armes de destruction massive, totalement interdites.

« Cela ouvre un nouveau chapitre dans le désarmement nucléaire. Ce que beaucoup croyaient impossible, nous l’avons réalisé pendant plusieurs décennies grâce à un activisme persistant : les armes nucléaires sont maintenant interdites », déclare Beatrice Fihn, directrice de l’ICAN.

La motivation principale qui se cache derrière l’interdiction des armes nucléaires est l’impact humanitaire catastrophique des armes nucléaires. Le risque d’utilisation d’armes nucléaires est alarmant et ne cesse d’augmenter. L’interdiction des armes nucléaires souligne que l’utilisation des armes nucléaires est aujourd’hui devenu un tabou.

L’affirmation selon laquelle un monde sans armes nucléaires ne pourra jamais être réalisé est contrecarrée par l’interdiction des armes nucléaires qui comporte un plan de désarmement nucléaire vérifiable. À l’affirmation selon laquelle les armes nucléaires sont indispensables à la sécurité nationale, l’interdiction des armes nucléaires oppose la vision d’une sécurité universelle.

L’interdiction des armes nucléaires est l’objectif ultime et le critère à l’aune duquel tous les efforts de désarmement nucléaire doivent être mesurés. Elle offre un forum dans lequel les armes nucléaires peuvent être débattues, non pas comme des instruments de « Realpolitik », mais comme des armes inacceptables et inhumaines.

Malgré l’énorme pression exercée par les États détenteurs d’armes nucléaires, 50 pays ont ratifié le traité, faisant ainsi preuve d’un véritable leadership. Le gouvernement américain a récemment envoyé une lettre aux partisans du traité pour leur demander de se retirer du traité.

Alors que les grandes puissances annulent les traités, la majorité silencieuse des États a interdit les dernières armes de destruction massive, réalisant ainsi une ambition que partagent les peuples du monde entier », commente Leo Hoffmann-Axthelm, président d’ICAN Allemagne.

Le Conseil fédéral met la Suisse sur le banc de touche

La Suisse ne fait pas partie des États qui ont fait preuve de leadership. Le Conseil fédéral continue de refuser de signer le traité de l’ONU sur l’interdiction des armes nucléaires – malgré la volonté du Parlement et contre la volonté de la population. La raison invoquée est une série d’allégations infondées et l’intention monstrueuse de placer la Suisse « sous un parapluie nucléaire » si nécessaire.

La Suisse a adhéré à tous les accords similaires, que les grandes puissances y soient déjà parties ou non. Elle soutient activement le traité d’interdiction complète des essais nucléaires, bien qu’il ne soit jamais entré en vigueur. Ne pas adhérer à l’interdiction des armes nucléaires par les Nations unies est contraire à la tradition humanitaire suisse et met en danger notre neutralité – des principes éprouvés de la politique étrangère et de sécurité de la Suisse.

La Suisse peut au mieux participer à la première conférence des parties en tant qu’observateur, mais sans pouvoir influencer les décisions. Le Conseil fédéral a mis la Suisse sur le banc de touche.

Le 29 novembre, OUI à la l’initiative contre le commerce de guerre.

L’entrée en vigueur du traité n’est qu’une première étape. Les parties contractantes doivent maintenant remplir leurs obligations et mettre en œuvre l’interdiction des armes nucléaires. Ils doivent fournir une assistance aux victimes de l’utilisation et des essais d’armes nucléaires et cesser de soutenir la production et l’entretien des armes nucléaires.

Le traité aura également un impact dans les États qui n’ont pas encore adhéré à l’interdiction nucléaire. Les entreprises et les institutions financières se retireront de plus en plus des activités liées aux armes de destruction massive. Au vu de la stigmatisation croissante des armes nucléaires, plus d’une centaine d’institutions financières ont rompu leurs liens avec l’industrie des armes nucléaires ces dernières années.

Les gens, les entreprises, les universités et les gouvernements du monde entier savent maintenant que cette arme est interdite. Il est maintenant important d’être du bon côté de l’histoire. Les citoyens suisses auront la possibilité de le faire dès le 29 novembre : votez OUI à l’initiative contre le commerce de guerre.

Rien qu’en 2018, les institutions financières suisses telles que la Banque nationale suisse, le Crédit Suisse et l’UBS ont investi au moins neuf milliards de dollars américains dans des entreprises impliquées dans la production d’armes nucléaires – soit 1044 dollars par citoyen suisse.

Les institutions financières suisses qui financent ces entreprises mettent en danger notre sécurité à long terme au lieu d’investir dans un avenir meilleur.

L’initiative contre le commerce de guerre veut s’assurer qu’en aucun cas de l’argent suisse n’entre dans le financement du matériel de guerre. En disant OUI à l’initiative, nous apportons une contribution à un monde plus pacifique.

Kriegsgeschäfte-Initiative

Les commentaires sont fermés.