Une menace pour l’humanité

Arsenaux nucléaires

B-61_bomb_rack_1150x400
Neuf pays possèdent à ce jour environ 16 000 armes nucléaires. Les États-Unis et la Russie maintiennent environ 2000 de leurs armes nucléaires en état d’alerte, autrement dit prêtes à être utilisées en quelques minutes. La plupart sont des dizaines de fois plus puissantes que celle utilisée au Japon en 1945. Une seule tête nucléaire, si elle explosait au-dessus d’une grande ville, pourrait tuer des millions de personnes et ses effets persisteraient pendant des décennies.

Cinq nations européennes hébergent sur leur sol des armes nucléaires américaines, ceci en vertu d’un accord de partage du nucléaire dans le cadre de l’OTAN ; à peu près deux douzaines d’autres nations déclarent dépendre des armes nucléaires américaines pour leur sécurité. De plus, une quarantaine de nations possèdent désormais des réacteurs nucléaires ou des réacteurs d’étude pouvant être détournés de leur usage civil afin de produire des armes. La propagation du savoir-faire nucléaire a augmenté le risque que plus de nations deviennent en mesure de développer la bombe.

Les arsenaux nucléaires (ICAN) →
Une chronologie des armes nucléaires (ICAN) →

Obligations en matière de désarmement nucléaire

Tous les Etats partis au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) (qui est entré en vigueur pour la Suisse le 9 mars 1977) reconaissent la nécessité „de ne ménager aucun effort pour écarter le risque d’une telle guerre » au vu des ravages qu’une guerre nucléaire ferait subir à l’humanité toute entière (préambule).

Le désarmement nucléaire constitue un des trois piliers du TNP, les deux autres étant la non-prolifération et le droit à l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques. Selon l’article VI du traité, la Suisse et tous les Etats parties s‘engagent

à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace.

Le désarmement à petits pas

Malheureusement, les efforts de désarmement consentis jusqu’à présent dans le domaine du nucléaire n’ont pas véritablement portés leurs fruits. Cela est surtout dû à l’absence manifeste de volonté, de la part des Etats dotés de l’arme nucléaire, de respecter effectivement leurs obligations en matière de désarmement. En effet, les projets de modernisation de leur arsenal nucléaire montrent manifestement que ces Etats n’ont pas une réelle volonté de s’engager sur la voie du désarmement, sur le moyen terme. De plus, en mettant des capitaux sur le marché pour le développement des armes nucléaires, les banques suisses contribuent malheureusement à alimenter cette dynamique négative. C’est notamment pour cette raison que le désinvestissement joue un rôle fondamental dans le désarmement nucléaire.

Depuis l’entrée en vigueur du TNP, qui ne reconnaît officiellement que cinq Etats ayant le statut de puissances nucléaires, quatre Etats supplémentaires sont entrés en possession de l’arme nucléaire. Tandis que le risque de la prolifération augmente, et que les doutes sur l’efficacité des instruments juridiques existants se font de plus en plus grands, les Etats dotés de l’arme nucléaire défendent une position selon laquelle seul un désarmement progressif à petits pas permettrait d’avancer de manière constructive (le soi-disant „step-by-step approach“). Cette attitude a pour effet d’exacerber la patience de la communauté internationale.

Introduction to nuclear disarmament proposals and progress worldwide (NTI) →

Le risque qu’une catastrophe nucléaire se produise augmente. Dans le domaine de la sécurité, le niveau de risque se quantifie par l’évaluation de la probabilité d’occurrence d’un évènement ainsi que de l’amplitude de la gravité des conséquences de celui-ci. L’échec des puissances nucléaires à désarmer a augmenté le risque que d’autres pays acquièrent des armes de ce type. Les conséquences humanitaires de l’explosion d’une seule arme nucléaire seraient catastrophiques, étendues et durables.

La seule garantie contre l’utilisation d’armes nucléaires est de les éliminer sans tarder. La conclusion du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires le 7 juillet 2017 constitue une étape importante en vue de l’instauration d’un monde sans armes nucléaires.

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires – Foire aux questions (FAQ) →
Huit mythes sur le traité d’interdiction dissipés→

Comments are closed.